Bienvenue chez le riches – le bouclier fiscal vue par rue 89

avril 29, 2010 § 1 commentaire


Pour ou contre le bouclier fiscal ? C’est le sujet de cette petite enquête trouvée sur Rue 89.

Ok, c’est vrai on dira ce qu’on veut !! Cette vidéo est orientée et reprends un des principe propre à la publicité – « l‘éduction » (principe pour lequel on ne choisit de ne montrer que ce que l’on veut voir/entendre/démontrer…) mais avouez qu’au premier visionnage, le résultat s’avère efficace.. quand même 🙂

Même si Rue 89 & Street-press tape en plein dans le cliché – (faut faire du buuuzz les gars !!) – la musique de fond est super top !

Savoir quitter ce que l’on a contre rien en échange.

avril 27, 2010 § Poster un commentaire

gêne et narration

Alors ça y est ! tu pars? – dit le vieillard au jeune homme. Pourquoi faire cela dit l’ainé. Ce n’est pas facile tu sais, tu pars sans raison, tu ne connais personne là bas, tu ne sais même pas ou tu vas – sans rien à manger – ni même quiconque à retrouver. Te voilà obliger de fuir pour oublier les tiens, tu abandonnes jusqu’à ta maison.

Et regarde cette fille qui pleure, tu la fais souffrir par simple égoïsme… Et sache que tu vas devoir chasser pour survivre. Tu nous connais tous ici et nous t’aimons. Tu finiras le ventre creux sous un arbre à pleurer ceux qui furent tes proches.

Le jeune homme, à ces mots sourit à l’ancien puis il conclut. Je vous quitte car je vous aime, je ne vais retrouver personne la bas et si tant est que je ne vais nul part sinon m’exiler vers moi même. Tu sais, je ne cherche aucune destination sinon une destinée. Je pars pour rencontrer les esprits de la montagne et écouter le vent me guider. Pour que la brise me souffle le vent de l’espoir. Je ne vous quitte pas mes amis, je ne m’en vais que pour me découvrir, la vie est trop courte, il y a tant de choses à voir et ce serait un affront à la vie et à moi même que de rester à stagner – je cherche à cerner l’essentiel – voilà tout ! Le monde va vite et je reviendrai, je vous couvrirai alors de bijoux gros comme des rocs car vous êtes les amours de ma vie.

Loïc le meur nous parle d’internet : Le web 09

avril 27, 2010 § 1 commentaire

Certes ce n’est pas la vidéo la plus fraiche du moment, mais je reviens dessus car je trouve son contenu intéressant. Nous avons ici, un Loïc Le meur qui, malgré une attitude un peu trop proche du pouvoir… (cf l’opération  qui a transformée Frédéric Lefebvre en spam géant) nous apporte de nombreuses clés pour en savoir davantage et nous éclairer sur ce que sera le web demain.

Un bref panorama donc d’environ 45minutes qui nous permet de mieux comprendre le monde actuel. J’ai trouvé pour ma part très intéressant les explications sur le mode freemium et la non-gravité de l’absence de modèle économique pour des entreprises tel que Twitter où Facebook.  Enjoy !

loic le meur - le web 09

avril 26, 2010 § Poster un commentaire

Journée imbécile où rien ne se passe. J’ai une forte envie d’écrire, mais je suis bloqué par une flemme qui m’interpelle. Celle de l’inactivité. Il est difficile de ne rien faire. Lorsque l’on ne fait rien, on ne pense à rien et on se ramollit. Par exemple là je ne raconte rien. …

Seule une petit pensée à ceux qui s’emmerdent au taf, pointe le bout de son nez – si par hasard, tu lis ce post.. et bien sois ravi car tu n’es pas seul à te faire chier au boulot…

Votre billet n’est pas composté

avril 25, 2010 § Poster un commentaire

Lors d’une transhumance de contrôleur dans le train direction Paris, transhumance réglementaire, un diffèrent oppose deux types bien différents. Le premier – à l’accent prononcé – refuse refuse de payer l’addition tendue par le le second, uniforme déféré vérifiant les billets.

– Votre billet n’est pas composté.
-heyy, la machine… elle marche pas
– Votre billet n’est pas composté monsieur, il faut un billet composté monsieur.
– heeyyy la machine… le billet..

S’ensuit alors litanies pour savoir de qui aura raison où tort, un bric à brac de mots et d’arguments tordus, réglementés, invendus en quelques sortes mais avec un goût de déjà vu – de déjà vécu…

Le ton monte tandis que le sens de la conversation descends et je regarde la scène et note tout ce texte sur un calepin… Pourquoi, je ne le sais toujours pas.

Le topo patatraque et le képi s’échauffe : Bon monsieur, c’est bien simple sinon c’est 64 euros demain.. !  C’est dommage – ce mec qui contrôle n’est pas semble t’il pas foncièrement méchant où malhonnête, c’est certainement le genre de gars qui fait ce qu’il fait par qu’il doit bien faire quelque chose, pas non plus du genre arrangeant mais disons qu’il fait son boulot du mieux qu’il le peut – sale boulot par ailleurs… Un type qui doit chercher à faire rentrer du flouze et le type à l’accent lui ne lâche pas prise – même s’échauffe à son tour et quelques paroles incomprises sorte de sa bouche. Puis il dit

– Appelez-moi votre responsable !

Les voyageurs commencent à se retourner tandis que « mister control » sent qu’il perd du terrain – il n’est pas crédible dans son rôle – ses  souliers sont surement trop grand. Après avoir tenter une approche  – raisonner et composter le billet du dit clandestins (pour qu’au moins il ne le réutilise pas la prochaine fois) – Il décide ayant l’air de moins en moins convaincant auprès de son nouvel auditoire que forme la masse de gens retournés vers la scène –  de clore le débat et d’invoquer un «  je vous laisse réfléchir et reviens vous voir »

PROCHAIN ARRET CREIL : le type se lève maugréant puis s’en va. Le contrôleur n’est jamais revenu.

Tous en boites – et en fumée

avril 21, 2010 § Poster un commentaire

Jésus dans la fumée portant sa croix à Hollywood

Aujourd’hui, un ami m’a donné des nouvelles d’un type que j’avais connu il y a de cela quelques années – une dizaine environ.

Ce type avait de réelles capacités en matière de dessin et d’illustration – il faisait ses études dans une école spécialisée en arts graphiques ou un truc du genre – après le bac.

A l’époque, lorsque que je l’ai connu il reproduisait les dessins de cartes Magic et autres animaux fantastiques inventées depuis belles lurettes par des mecs à l’imagination débordante.

Et depuis ce jour je n’avais jamais eu quelconque nouvelles de lui – je m’étais alors inventé une histoire bien à moi… Puis vint l’ami qui m’expliqua sa version :

En effet, il exerçait bien un métier créatif- mais par ordinateurs  la PAO – il travaillait dans le cinéma – avec des mecs connus comme Besson (bon j’avoue c’est pas le mieux..). Il faisait les effets spéciaux.

Je me dis alors : wooah ! sympa comme taf, ça doit être passionnant

– Oué, il se spécialise dans la fumée !

A l’écoute de ces mots je m’interroge… En effet, je n’avais jamais pensé que ce genre de métier ne puisse jamais exister, mais quand on y pense c’est un marché ça – la fumée. . – producteur d’effets spéciaux assisté par ordinateurs : option fumée.

Toutes ces années d’études –  de travail – de passions – de persévérance – pour se spécialiser dans la fumée sur ordinateurs…

Mais attention, je ne le dénigre pas – ce métier est surement très complexe et intéressant. Mais je trouve juste l’étiquette un peu réductrice.

La société nous impose d’être des spécialistes.

C’est vrai,  je ne connais personne qui soit reconnu pour être le plus moyen partout…  pour être reconnu –  il faut se spécialiser – ou le prétendre – quitte à se limiter. Quitte à limiter son activité vers un unique marché porteur…

J’ai bien l’impression que l’on récompense plus facilement l’enfermement intellectuel et professionnel pour une seule et même tâche sans erreur plutôt que les balbutiements hasardeux, maladroits mais créatifs qui pourraient apporter une vision différente du monde,  de nous, et des autres.

Peut-être est-ce, qu’il faut savoir persévérer pour voir la dite chose différemment – l’explorer de l’intérieur…En voir le sublime.. ( un peu comme quand on matte une toile abstraite ou tout autre objet.. Pour peu qu’on le regarde plus de 5 minutes il perd sons sens et devient alors sublime…)

Mais avouons-le,  il est difficile de ne pas se disperser dans une époque riche en tout… Une époque où la surabondance nous sert d’étendard. Nous sommes constamment interpellé  que ces soit par des messages ou des maux- nous devons être bon partout – avoir un corps de rêve – gagner plus – travailler mieux – être content -rester cool, jeune et sportif –  connaître les dernières sorties ciné, les anniversaires – avoir des gosses et une identité numérique irréprochable – rester ouvert d’esprit – accepter d’être pris pour un con – ne pas hausser le ton…. bref tout çà +1 …  celui d’être un spécialiste. Bien sur un expert hors du commun qui connait son domaine par cœur –  sur le bout des doigts et dans la tendance…

Pas besoin d’exercer vingt mille choses différentes, soyez le meilleur (où le seul) dans un domaine spécifique –  sachez en parler autour de vous et le tour est joué…).

Soyez spécialistes – réduisez-vous.

** Bonus track** : tutoriel : comment faire de la fumée avec photoshop

between the folds

avril 19, 2010 § Poster un commentaire

L’origami est l’art de plier le papier. Je ne le savais pas si développé avant d’avoir vu ce reportage malheureusement incomplet sur l’art du plié.  Cet extrait de Between the folds nous présente quelques créations absolument incroyables de ce que peuvent faire 10 doigts et une tête bien entrainée.

Toutes sortes de créations sont possibles et des concours existent un peu partout.  Le maître en la matière étant un japonais – Yoshi ZAWA –  il aura fait incroyablement avancé l’art origamique sans jamais mettre en vente une seule œuvre – juste pour le don et pour faire avancer l’origami. Quand j’entends ça – je m’interroge sur l’art contemporain, va savoir pourquoi …

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de avril, 2010 à Etat des faits.