Des microbes mangeurs de pétroles

juillet 30, 2010 § Poster un commentaire

Hier, mon frère m’envoie cet article.. en me disant jettes y un œil – c’est chelou..Je lis  l’article et en effet, c’est intéressant.

Selon Yahoonews – il semblerait que les catastrophes pétrolières nous fassent découvrir de nouvelles opportunités pour le retraitement du pétrole et notamment des catastrophes pétrolières. Apparemment – suivant ce que j’ai compris de l’article – il semblerait que certains scientifiques émettent la possibilité que certaines bactéries (où microbes) absorbent et se nourrissent du pétrole – on appelle ces catégories fungi  (non pas Fonzy – j’en vois déjà qui lèvent les mains en l’air..).

happy days with BP

Des champignons friands de pétroles

Donc apparament ces champignons, aimeraient se repaîtrent de ces hydrocarbures, plus encore, leur présence favoriserait même leur dévellopement. Ces champignons auraient aussi pour préférences les eaux chaudes (pas fous les champignons..). Pour autant que je me souvienne – lorsque j’étais plus petit, j’avais un aquarium et que certains plantes – nottament les algues crasseuses aimaient à se reproduire dans la crasse avec pour le coup – et dans la crasse bien éclairée aussi  – et malgré ce que l’on peut en dire, ces algues n’étaient pas vraiment bénéfiques pour l’écosystème de mon bocal.

Bien entendu l’océan est vaste et reste encore une vaste « terre » inexplorée mais je doute tout de même que ces algues – où champignons puissent nous permettre de crier au sauvetage d’un écosystème déjà bien démoli.. ainsi qu’une raison suffisante pour continuer à laisser faire ces drames que sont les marées noires.

Mais en fouillant un peu sur le net – on trouve sur le blog SEA-tizens – militant pour une citoyenneté maritime- un article expliquant que la Chine a déjà eu recours à ce genre de procédé pour limiter les catastrophes lorsqu’un Oléoduc craque.  Et que cette bactéries s’appelle ‘ Alcanivorax borkumensis‘ (avec ça vous êtes servi) – et que cette dernière se reproduit dans les hydrocarbures – les détruits – reste à identifier le comportement en environnement sain.

miam pétrole

Alcanivorax borkumensis

Il semblerait donc qu’après l’humain ; L’alcanivorax serait la deuxième forme de vie à prospérer dans l’or noir..

Publicités

les 7 blogs de fip radio – à venir

juillet 30, 2010 § 2 Commentaires

fip radioFip radio est une station atypique du paysage radiophonique français, c’est pour moi la meilleure radio existante à ce jour.

Tout d’abord  sans pub, et d’une programmation inégalée d’un éclectisme absolu.  En me levant ce matin, j’entends la bonne nouvelle, cette radio du service public va ouvrir 7 blogs chacun tenus par un programatteur de la station, et ce dès lundi. Moi je vous le dit c’est une très bonne nouvelle quand on connait la qualité de leurs programmes. De belles découvertes perspectives

Alors restez connecté pour pus d’infos et pour ceux qui ne connaissent pas c’est ici que ça se passe.

http://sites.radiofrance.fr/chaines/fip/endirect/

« Curieuse et exigeante, la radio explore en toute liberté le monde de la musique pour faire partager ses enthousiasmes et ses découvertes. Grâce à sa programmation musicale et ses voix féminines complices, FIP s’est forgée une identité unique dans le paysage radiophonique. » –  texte officiel de la radio ^^

Dans la peau de jacques Chirac

juillet 22, 2010 § Poster un commentaire

Ce documentaire réalisé par Karl Zéro et  Michel Royer en collaboration d’Eric Zeymour s’avère très instructif et nous relate le parcours politique de l’animal Chirac. La voix de Didier Gustin (celle des Guignols) nous plonge dans l’ambiance et dans la peau de l’homme d’état qui a berné les français pendant toutes ces années. Le « faux » documentaire s’inspire bien entendu d’images d’archives (bien réelles) et joue sur les contrastes et les paradoxes qui entoure l’homme politique et ses propos.

De ses débuts contrastés en politique jusqu’aux marches de l’Elysée et bien après. Jacques Chirac sait communiquer et nous enseigne par ce film comment se faire élire grâce à une méthode en plusieurs points. Que ce soit :  serrer des paluches à tout va, répéter sans cesse les mêmes anneries ( manger des pommes – c’est loin mais c’est beau…) où encore, et ca devient plus inquiétant, militer pour l’insécurité et faire monter Le Pen en deuxième marche du podium présidentiel (on se souviendra alors du tolé –  des manifestations et aussi du couronnement de Chirac pour sa réélection… – 82 %)). Ce qui a par ailleurs bien servi à Sarkozy ou nous le voyons alors ministre de l’intérieur (et re-populariser le terme « racailles »).

Cela traite aussi (et c’est dans le désordre) de l’épisode Tonton Mitterand dit « l’imbattable » – qui s’est toujours servi de Chirac et l’a même fait se rabattre sur la mairie de Paris pendant tout ce temps (son projet de campagne était alors d’assainir la Seine..) ou de Giscard où Pompidou (plus fugaces dans cette fiction) et même du rôle de Claude (sa consultant en com’) où de celui de « Bernadette la vaillante ».

En résumé une portion de l’histoire de France « à croquer » , une fiction qui nous en apprends beaucoup et qui, pas encore mort, nous fait prendre un certain recul sur la politique et les différents moyens d’accès au pouvoir.

jacques chirac

Il est par ailleurs intéressant de revenir chronologiquement sur les détails du parcours du lion Chirac en politique, car je remarque en voyant ce film que les problèmes sont arrivés, pour lui, au même moment où l’info a commencé à dégénérer. C’est à dire au moment où l’on sentait une perte de contrôle des politiques sur les médias et le système d’informations en général.  Si l’on peut voir un Chichi confiant en début de carrière (lorsqu’il mets les journalistes dans sa poche à coup de sourire, d’anecdotes et de ballons de champagne) ont le voit bien plus abattu en fin de carrière alors que ces derniers semblent prêt à tout pour un bout d’info (arrivée du net ?). Et la même sérénade se poursuit de nos jours, en plus visible.. Je crois bien que le coup médiatique de l’insécurité aura fait des ravages en France.

Entre une Corrèze bien franchouillarde sur laquelle il aura bâtit son  image de père de la nation et capitaliser son électorat et la capitale pour laquelle il aura travaillé pour se fabriquer une image de féroce et de battant. Entre le produit dérivé du marketing des années 80 et ses luttes de pouvoir interminable, puis la mairie de Paris et ses grosses lunettes d’analyste financiers, les bains de foules des meetings, les pommes et la coupe de France.. euuuh du monde ! La mort de mai 68 et de l’esprit gauchiste intello et la poussée des extrèmes –  Chirac aura fait de la route et fait bien parti de notre patrimoine commun – content ou pas !

Comme dirait Bernadette euhh Lavilliers – on the road again – agaain !

Recevoir ses offres d’emplois par newsletter…

juillet 20, 2010 § Poster un commentaire

alerte mail keljob

keljob !!

Les portails pour l’emploi c’est une véritable passion… Il n’y a pas à dire, ça nous facilite la vie, nous adoucit le quotidien, nous rappe le.. ..

la preuve en image….  (soupir)

L’avenir des éditeurs à l’ère digitale by Seth Godin

juillet 20, 2010 § Poster un commentaire

godin - communautés éditionSeth Godin, auteur de Linchpin, Tribes où encore All marketers are liars est une sorte d’ovni du marketing.

Via son blog, il nous explique le futur du monde de l’édition en répondant à la question suivante : « Quel avenir et quelle attitude adopter pour maintenir où démarrer un travail d’éditeur de bouquin »

Voilà ce que j’en ai retenu :

Le monde de l’édition est un monde fermé, tout comme l’industrie du disque (même si cette dernière à virée au cramoisi tant elle a pris le soleil…).  le problème réside dans le fait que les éditeurs, qu’ils soient de livres où de CD; bien souvent ne font pas attention à leur communauté, dans un monde pré-médias sociaux, on pouvait dire : ok ! nevermind, on envoie la purée, on tartine de pubs, et cava passer.. (j’avoue c’est schématisé – mais qui ose me dire que ce raisonnement est faux lève la main…).

Depuis la nouvelle forme de marketing appelé « permission marketing » – où « marketing de l’attention » nous devons être privilégié si nous voulons être écouté, c’est à dire avoir le privilège de pouvoir parler ET d’être écouté.

Car utiliser les nouveaux outils de marketing pour faire sa promo à l’ancienne fonctionnera certainement un temps (surtout au début) mais, ce que Seth explique, c’est qu’après avoir tartiné, il faut s’occuper des gens présents (ca semble assez logique néanmoins ce n’est pourtant pas comme ça que les choses fonctionné..). Avoir l’envie de construire quelque chose, s’engager en quelques sortes. Une certaine forme de retour au source quelque part.

Ouii, euuuh…cest peut-être ça l’effet positif de la crise…. un nouveau point de départ vers un job (que l’on a perdu) mais savoir rebondireuuhhh… vers quelque chose qui nous convient davantage.. je m’égare .. ? hmm pardon !

Seth nous explique les cinq points qu’il estime indispensable pour bâtir une bonne communauté.

  • Curation : que l’on peut traduire par conservation du mode de communication( dans la durée donc..), ok, nous pouvons « tartiné à tout va pour peanuts » de nos jours, mais, il est préférable d’utiliser un média et de le conserver, de garder une certaine forme « d’intégrité du média » et un point de repère pour les lecteurs. Un lieu de rencontre.  Bien sur –  et c’est un avis personnel, je pense qu’il faut être amener à fréquemment repenser la question, et si l’opportunité nous semble envisageable, il faut être capable de la saisir si le besoin s’en fait sentir.. Mais ne pas trop s’étaler, voilà ce qui à mon sens se cache derrière ce « curation ».
  • Leadership : Quel vilain mot.. Etre celui qui entraine sa communauté avec soi, c’est à dire donner le ton et la dynamique du débat. Je n’en dirai pas davantage et toc !
  • Connections : devenir le point de rencontre sur un sujet donné, être celui(où celle) qui permet la rencontre.
  • Mouvement : Motivé les gens à s’impliquer dans cette communauté, pour cette cause et selpn Seth, le public te le rendra : POUR TOI PUBLIC !!  « ohh yeaaah »
  • Be missed : devenir le chainon manquant, pour revenir au monde de l’édition (c’était quand même le sujet initial dupost) –  il faut (pour l’écrivain) que l’éditeur attende le bouquin Inutile donc de dépenser une fortune en publicité et en impressions i le public n’est pas déjà conquis d’avance.

Le futur semble être donc acquis à ceux qui s’engageront et qui y mettront du leur – pour les autres,  seth semble semble donc  nous dire : plus de places aux imposteurs…

Bref cet « audioguide » est truffé d’exemple avec même un échange de question réponses à la fin, pour ne pas rester sur la votre (de faim.. hmm désolé..).

http://sethgodin.typepad.com/files/publishinggodinkeynote.mp3

***FIN***

L’influence cachée de notre réseau

juillet 18, 2010 § 1 commentaire

L’idée de réseau social n’est pas neuve, et nous n’avons pas attendu Facebook pour réseauter,même si il est vrai que notre époque semble être « l’ère des connections et du réseautage.. social. »

La démonstration du jour nous explique comment notre réseau social influence notre vie quotidienne sans vraiment que nous nous en rendions compte.  Via notre entourage bien sur, mais pas seulement.

Les amis des amis des amis de nos prôches nous influencent-ils ?

C’est la question posée par Nicolas Christakis – professeur de sociologie et chercheur à Harvard.  Non seulement notre réseau direct influence nos comportements, mais pas seulement ! Il faut prendre en compte l’influence qu’exerce les proches de nos amis directs, mais aussi les proches des proches de nos amis directs (en clair des gens que nous ne connaissons pas.. nous influence.. )

Oki ! Nous voilà éclairé, mais la démonstration va un peu plus loin.. et nous pousse à réfléchir, surtout lorsque l’on nous avance que des comportements sociaux comme la joie, la tristesse, mais aussi l’obésité voir le bonheur se transmette par le réseau social (un peu comme dans un corps humain bourré d’atomes, façon « il était une fois la vie.. »).

Et en plus,  chacun de nous est responsable de son réseau car la forme qu’à notre réseau social est lié à la la façon dont sont connectés nos gènes  entre eux .. Ca vous gène ? …

« En bref – it’s all about connections » – moi

L’alchimie des réseaux

Pour un peu plus de clarté, M. Christaki  nous explique aussi  la différence entre le graphite et le diamant. En effet, nous constatons (et c’est un fait avéré scientifiquement..) que le graphite contient la les mêmes composants chimiques que le diamant. La seule chose qui les différencie ces deux matériaux reste la manière dont  les atomes qui composent ce matériau sont connectés entre eux. Je n’irai pas plus loin dans l’explication faute de connaissance en physique, mais je me permet de faire une transposition par rapport à une entreprise où un groupe individus. Que se serait il passé si les Beattles n’était pas connectés de la manière du ils le fûrent musicalement et même peut être humainement.. Aurait il rencontrés le succès qu’ils ont eu ?  Certainement pas, l’histoire se serait déroulée tout autrement et nous ne pourrions pas chanter « We all live in a yellow submarine… » Pas vrai ?Nous pouvons bien entendu faire le même parallèle pour une famille, une entreprise où même un pays..

A méditer donc..

Facebook fait son cinéma

juillet 16, 2010 § Poster un commentaire

facebook movie Le réseau social le plus connu et controversé du monde va avoir son adaptation cinématographique très prochainement (octobre). – cela s’intitulera – the social network et au vue de la bande annonce s’inspirera très fortement de l‘histoire de Mark Zukerberg et de Facebook.

Un nouveau mythe américain est en train de naitre ?

Par cette production, Mark Zuberkerg et Facebook sont hissés tout deux au rang de mythe américain. Pourquoi ? Une réussite si probante ne se fait pas en un jour (5 ans ici..), et il est clair que nombreux sont ceux qui souhaitent en savoir plus sur les coulisses de cette odyssée.

Cette production prouve plusieurs choses

Tout d’abord : les médias sociaux sont un changement profond dans notre société, mais ça tout le monde ne cesse de le répéter depuis deux ans déjà.  Ils introduisent de nouvelles opportunités et changent les règles du jeu.

L’histoire de Mark Zukerberg et Facebook, sont déjà prêt à être classer au rang des « storytelling » à l’américaine. Sorte de nouveaux héros dont l’Amérique à besoin pour continuer à répandre sa culture outre ses frontières. Et comme le mythe du geek n’existe pas encore vraiment – l’idée du film Facebook semble venir à point nommé. D’ailleurs, la musique choisie pour le film est intéressante : Creep de Radiohead – voilà qui en dit long sur les personnages et la genèse du projet dit « social ».

Coz I’m a creep, I’m a weirdoo, what the hell Im doing here..
–  Radiohead

En effet dans un monde gouverné par les technologies, il semble logique que ce soit les responsables de réseaux (ou devraient-on dire les netocrates..) qui prennent les commandes.

Je note aussi que le film – du moins sa bande annonce – semble assez noir. le réalisateur semble avoir mis tout les ingrédients nécessaires  pour faire une sorte de bon thriller haletant à l’américaine avec ses coups vaches, ses vices, ses dollars, ses amourettes et ses trahisons.  Dualité amis/ennemis.

A noter qu’une page Facebook existe déjà pour l’occasion 🙂

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de juillet, 2010 à Etat des faits.