Peinture sur l’eau

août 25, 2010 § Poster un commentaire

Utiliser l’eau comme support de peinture est une idée qui peut faire sourire, mais qui, néanmoins, existe vraiment.

En effet, ces vidéos nous montrent diverses techniques de peintures utilisant l’eau, non comme comme diluant, mais comme texture à part entière.

Que ce soit en support ou en contexte, ce que j’aime, c’est l’originalité de la création.

Ici la peinture sur eau :

Ici la peinture sous mer :

J’en profite aussi pour vous faire partage ma découverte de vodéo.tv – une chaine documentaire qui me semble idéale pour cet hiver :).

De l’art ou du couchsurfing ?

août 17, 2010 § Poster un commentaire

art couchsufingDepuis le 15 juillet, une opération artistique d’envergure mondiale a été lancé e via le site couchsurfing.org – le principe ? Utiliser la communauté Cs pour concevoir une œuvre d’art communautaire.

De l’art communautaire  – pourquoi faire?

Inspiré par les théories de Stanley Milgram – les six degrés de séparations – cette œuvre tends à tester la solidité et les limite de la communauté des couchsurfers (qui est très soudée je vous le rappelle).  Il suffit, pour cela,  d’envoyer une carte postale de votre lieu favori à l’adresse suivante,  pour ensuite la voir faire partie de l’exposition qui aura lieu à cette occasion. les dates de l’expo ne sont pas encore annoncée, ni la limite de cartes postales requises.

En savoir plus : Vous trouverez pleins d’infos sur le site suivant : http://www.smallworld.at/

Puis devenez couchsurfers pour l’occasion. World is smaller than you think 🙂

Le wwoofing – du tourisme vert contre de l’huile de coude

août 4, 2010 § Poster un commentaire

Cet été, contre un peu d’huile de coude, de la bonne volonté, de la curiosité et de la sueur, un fermier vous garantit un retour aux sources dans une ferme biologique.

the wwoof is on fire !

Le « wwoofing » est né courant 70 an Angleterre et vient du terme « wwoofer »  qui signifie Willing Worker on Organic Farms. Il s’agit d’un troc consistant à échanger librement, hébergement, couverts et enseignements des techniques agricoles dites biologiques contre le travail et la bonne volonté  de la personne hébergée.

Et le concept séduit, en effet déjà 400 fermes agricoles sont prêtes à accueillir des wwoofers cet été en France.

Ainsi :

Le wwofer : travaille bénévolement entre 25 et 30  heures par semaine contre un logement, des repas (sains) et l’expérience d’une vie différente le temps d’un séjour. Le wwofing se passe bien sur à la campagne et donne l’occasion au « wwoofer » d’apprendre les techniques agricoles biologiques, le manger mieux, le bien-être, la vie quoi ! 🙂

Le fermier héberge mais bénéficie d’une main-d’œuvre supplémentaire (qui se transformera peut-être en future clientèle – va savoir ?) désireuse d’en savoir plus sur les techniques agricoles dites propres et saines. L’occasion d’une rencontre ouverte et d’un échange qui j’imagine doit s’avérer fructueux. Une alternative bien pensée pour combler les clivages entre rats des villes et rats des champs.

Au final qu’en pensez ? je ne sais pas encore –  une chose est sûre (où presque)- je vais essayer cet été pour une semaine et je vous fais un retour d’expérience très prochain.

Voilà un ptit résumé en image pour ceux qui n’aurait pas tout saisi.

La sincérité – une nouvelle arme marketing ?

août 2, 2010 § Poster un commentaire

Gildas Bonnel est professeur d’histoire avant de tomber par hasard dans la communication. Après plusieurs expériences de vie (cf site tedX paris),il créér son agence sidièse (pour laquelle je vais postuler je crois…). Ici, sur la scène du TedX,il nous narre ses débuts en tant que publicitaire  et nous expose son point de vue de la « conquête de l’ouest » mais surtout de  son rapport à la communication.  Après s’être vite rendu compte du climat cynique très propre à ce secteur. Il tombe par hasard, sur un brief orienté Devt durable et sa vision du monde change…

Il nous explique grossomodo que ce n’est pas la pub qui va changer le monde, mais bien le monde qui va changer lui même – appuyé par la communication. Que les codes de communications vont changer les comportements vont changer. Que l’impact du réchauffement climatique nous fera changer de point de vue où à défaut, changer de comportements.  Que la sincérité paiera. J’espère que ce dernier dit vrai car comme disait ce bon vieux M.ORwell :

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

mais qu’est ce qui va changer alors ?

Personne ne le sait, mais il ne tient qu’à nous d’avoir des idées.

Par exemple – si nous prenons l’exemple du voyage. Gildas n’as pas tort -prévoir un week-end shopping 3 jours à New-York sera devenu grostesque dans 10 ans lorsque la taxe carbone aura décuplée en vue de l’épuisement des ressources pétrolières.

Mais subsisteront certaines façons de voyager. Par exemple – le couchsurfing. Ce site qui vous permet d’être accueilli chez des gens que vous ne connaissez pas mais qui sont prêt à vous faire confiance – le site est sécurisé car basé sur un système de références mutuelles et pour avoir testé (4 semaines aux Etats-unis justement) je dois vous dire que cela fonctionne et que je me suis fais des amis outre-atlantique.

Patrick Declerck nous parle des sans-abris

août 1, 2010 § Poster un commentaire

En ce moment, je lis « les naufragés » – ouvrage écrit par Patrick DECLERCK – psychanalyste, ethnologue et philosophe de formation qui a travaillé sur la question de la clochardisation, et qui a fondé la première cellule de médecins du monde pour les clochards de Paris.

Je ne peux que trop vous recommander ce livre, qui  m’a apporté beaucoup de réponses sur cette population qui reste très méconnue et qui rempli pourtant notre imaginaire de fantasme. La vidéo qui suit nous montre l’auteur qui s’insurge contre le gouvernement actuel et sur sa façon de gérer le problème des sans abris chaque année.  Je n’en dit pas plus pour le moment – J’essaierai de revenir sur le livre les naufragés une autre fois.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de août, 2010 à Etat des faits.