l’usine à clous

octobre 10, 2010 § Poster un commentaire

 

brain by nLif

l'usine à clous

 

La plupart des gens que je croise ne recherchent rien d’innovant. Ils courent après ce qui fonctionnent déjà, vers ce qui est populaire, mais n’inventent rien. Ils vont regarder la télé parce que c’est bien de regarder la télé, parce que ca fait quelques chose à dire, parce qu’il faut quand mm se tenir informé – même si ils ne l’écoutent pas où plus. D’ailleurs c’est tout de même marrant que l’on disent regarder la télé plutôt que d’écouter la télé.  Je pense que si l’on écoutait la télé – on en serait bien moins accroc à la lucarne.

Prenons un slogan « Les laves linges durent plus longtemps avec … » – vous me répondrez « Calgon » – vrai, c’est la bonne réponse offerte par la publicité. Mais est-ce qu’on y croit encore en 2010 à tout ça ? Je pense que l’on accepte l’état de fait, qu’on se laisse berner parce que l’on écoute pas, et que l’on n’y réfléchit pas. On se dit juste –  bon si ils le disent et qu’on nous le passe, c’est que ce doit être vrai..

Mais, le monde bouge et les gens boudent la pub parait-il.  Alors ils vont sur internet, le contre-pouvoir. Vrai ! Mais sur Internet ils vont courir après ce qui a buzzé, ce qui se twittent ou ils se « LOL » vers ce qui est le plus vu…  vers le mm modèle télévisuel.

Et Internet, c’est aussi et surtout le royaume de la pub – de la course à l’audience – le modèle économique du net est d’ailleurs basé sur la publicité. Entre l’infos à tout va et le « partage  des communautés » et le tout le monde parle pourvu qu’il parle- ou tout le monde s’écoute parler (mm moi avec mon blog…).

Et comme le contenu est gratuit, les gens se désintéressent des magazines papiers.. et le quatrième pouvoir chancellent, les journalistes ne savent plus où donner de la plume, l’information se disperse etles fonctions autrefois prestigieuses de journalistes se précarisent et laissent la place à des blogueurs dit « influents ». Ces blogueurs ( pas tous.. certains blogs restent quand mm très bon – et je ne parle pas du mien.)  sont surtout influencés par des marques qui elles même sont influencées par les enjeux des communautés qui si elles font assez d’audience pourront tirer leurs épingles du jeu… si ces dernières font assez d’audience et de bruits..

 

d�risoires-150910-120503-80069 by nLif

 

Les anciens journaux n’ont plus leurs repères. – ils se tassent alors du côté soit du pouvoir/de la pensée consensuelle(unique ?) qui aussi perds les pédales – soit du côté exclusif/choc/trash/people etc.. . Beaucoup d’articles dans ces torchons sont écrits par des stagiaires payés 350 euros le mois. Il suffit d’ailleurs bien souvent de recopier le communiqué de presse..  Et même Google (via son pdg) commence à réclamer de vrais journalistes pour pouvoir indexer du contenu de qualité – car tout le monde copie colle sur le net-  je rappelle que Google n’est là que pour indexer du contenu – pas pour le créer.

Et pendant ce temps nombreux sont ceux et celles qui dans leur vie de tout les jours s’en moquent- qui ne se posent même plus la question du comment stopper la rengaine de trintrin car on les a éduqués pour ça – ils pensent à Domenech au temps qu’il va faire demain et le temps passe. Ils ont été éduqués pour être de bons petits soldats d’usines où mm des ouvriers du clavier ou d’autres choses alors qu’ils pourraient tenter de faire des choses neuves de monter des projets de trouve des solutions innovantes. Mais, souvent, – pointer voir les collègues et rentrer chez soi reste la solution la plus sécurisante, la moins compliquée. C’est compréhensible. mais ca fait chier !

On les a éduqués à avoir de bonnes notes à l’école – à ne pas sortir du lot, à tirer un trait à la règle, à apprendre le théorème de Pythagore par coeur et à suivre les règles – à ne pas proposer des idées trop originales sous peine de passer pour l’idiot du village ou l’ahuri de service.

On les a éduqués à l’école mais aussi en entreprise – à suivre ce qu’on te dit et à respecter ta hiérarchie et l’autorité- à brosser dans le sens du poil que ce soit le surveillant, le flic ou le chef..  Et comme tout le monde est éduqué et formaté à plus ou moins la même enseigne (l’éducation nationale.) – sur un principe digne d’une usine à fabriquer des clous,  tout le monde ou presque s’accorde avec le temps qui passe, se fait une raison et refuse le changement. Et petit à petit les forces s’amenuisent car se battre contre des moulins à vente, ca épuise.

Oui, le changement fait peur et la peur et la chose la plus enfouie en nous. Tout le monde craint le changement n’est-ce pas ? Car il nous remets en question, il s’agit de prendre un risque. Et si l’on change trop souvent d’idées on nous caractérise d’instable de « pas fiable », de « pas sur »- une carrière doit être rectiligne. Nous aimons les gens quand nous pouvons les mettre dans une case définie, quand ils nous apportent les réponses que nous voulons entendre, quand ils nous divertissent..

Tout ça pour dire que la peur domine bien trop souvent nos actions et nos décisions. Qu’il est difficile de l’affronter, de la surmonter et de risquer de choquer et d’affirmer ses positions car on risque les quolibets des plus endormis.

j’ai dit drôle d’ histoire mais j’ai pas dit histoire drôle !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement l’usine à clous à Etat des faits.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :