Le grand départ

juin 18, 2013 § Poster un commentaire

Linux-is-the-Way-of-the-Future

C’est décidé. La date est dans mon agenda. – 04 juillet 2013 – je fais mes bagages, rassemble mes données et je change de crémerie.
Je change de crémerie car les choses évoluent trop vite ou trop peu, et surtout, pas dans le bon sens. Je change de crémerie car j’en ai marre d’être prix pour une vache à lait. Je change de crémerie car je souhaite y croire encore un peu et rejoindre les paroles aux actes.

Bon, je l’avoue, j’étais long à me décider, il s’agit ici d’un concours de circonstances. Un peu comme ces départs que l’on prévoit depuis des années, puis que l’on retarde chaque fois au dernier moment. Mais cette fois, le rendez-vous est pris. Ce sera le 04 juillet 2013.

Windows, je te quitte, toi et ta clique. Tes MAJ impromptues, tes plantages, tes logiciels espions. C’en est trop. Je pars pour un pays plus beau, plus chaud, et je l’espère moins suspicieux. Au royaume du roi pingouin, moins de flics, moins de bandits, plus d’efficacité ? Je pars m’abriter chez le pingouin Linux.

Je me lance et vais tester l’installation sur mon notebook pour commencer puis, nous verrons. J’ai pu en faire une démo et je dois avouer que celle-ci m’a surprise par son efficacité, ce n’est pas bricolé et décoré comme les systèmes d’exploitation les plus récents mais, tant mieux car de toutes les façons, je n’aime pas ça.

Je serai donc à l’install party des Parinux (confrérie de Linuxiens à Paris) au parc de à la Villette à 14h. Une grande première (pour moi…) 

Désormais ce sera moins de MAJ, des logiciels libres et gratuits, une communauté soudée, une idéologie robuste, adieu les virus, moins de logiciels à la con et plus de contrôle sur la machine. Bon ok,… j’enjolive un peu car il y aura aussi de grosses galères à la clé, beaucoup à mon avis (euhh comment j’installe ce pilote de ma clé usb.. arhhh comment je désinstalle ce logiciel !!) mais c’est tout. Ces raisons m’ont décidé. Nous verrons bien et puis entre nous, être sur Linux, c’est un peu la classe, pas vrai ?

La matrice Google + _ Opinions

juin 11, 2013 § Poster un commentaire

Après avoir découvert la lecture de la semaine de l’excellent « Internet Actu », j’aimerais réfléchir un peu sur l’article suivant rédigé par Charles-Arthur(@charlesarhur), un journaliste du Guardian dont voici le titre : Google+ n’est pas un réseau social, c’est Matrix”

matrix et google +

idée reçue n°1 : Google + n’a rien à voir avec Matrix

Pour Charles-Arthur, Google + n’est autre qu’un gigantesque filet qui permet de stocker puis de lier entre elles, toutes les traces laissées par l »internaute (ex : historique de recherche des sites visités, expressions tapées, situation des clics..), cela pour chacun des différents outils de Google (Gmail, google maps, google shopping, google drive…).

Si Google + a la forme d’un réseau social, ce n’est – selon Charles Arthur – qu’une « déformation » sujette à l’environnement Internet (et un sacré prétexte pour lancer l’outil). Ce n’est en aucun cas  la raison d’être de celui-ci.

idée reçue n° 2 : Google + est un réseau pas social comme les autres

Je suis d’accord : l’identité du réseau dit « social » pour l’internaute s’apparente plutôt à un leurre, une carotte pour faire avancer le baudet ; c »est en revanche, pour Google une façon intelligente de se positionner afin d’inciter la curiosité des utilisateurs à tester cet outil.

En d’autres termes : Si Google + n’est pas si populaire que Facebook : c’est normal (voir voulu.?). Bien sur, l’outil est arrivé un peu tard sur le marché mais n’oublions pas, ce n’est pas le principal atout du réseau que de partager des données, ni même d’en récolter. directement L’idée étant de les concaténer facilement et naturellement tout en facilitant le surf des internautes… L’autre différence est que (j’en reste persuadé) Google + est un très bon outil pour ranker, mais ça c’est autre chose 😉

idée reçue n° 3 : Google +! J’arrête quand je veux !

Faux ! Si l’on prends un peu de recul, on se rend vite compte qu’une fois plus, le monstre de la recherche a réalisé son outil sans aucune pensée court-termiste. Bien au contraire, après un lancement qui aura fait beaucoup de vague, le réseau se fait discret et semble être à la ramasse.
500 millions d’utilisateurs plus tard… le réseau semble endormi, comme s’il évoluait à son rythme. Je pense qu’il bosse en silence afin de rentrer dans les habitudes d’usages des internaute, en proposant des innovations au fil de l’eau qui vont contribuer à améliorer le ranking des sites (ex : la toute nouvelle possibilité de customiser son url de page pro G+ via sont compte g+)

Google + : la carte de visite (avec puce RFID ?) pour la galaxie Google.

C’est sur, pour l »internaute; l’attirance vers la tribu Google + se fera d’elle même, lentement mais surement..via les autres outils (et les pages pro..). Ce n’est pas nouveau; lorsqu’une technologie est utilisée mais se fait silencieuse; elle rentre alors profondément dans les mœurs. Pour cela, il faut qu’elle rende service, ça tombe bien pour eux, c’est ce qu’elle fait, l’outil étant une porte d’entrée aux autres services.

leurre pêche_photopin

La galaxie Google : au centre décalé, un dénommé Google +

Ce qu’il a de puissant avec ce dispositif « radar », c’est qu’il est au centre de la stratégie de Google sans y être vraiment. Disons qu’il est au centre car, on l’a vu, il permet de relier chaque service de Google avec les autres et de donner ainsi des précisions essentielles sur le comportement utilisateur, ce qui renforcera la « bulle du filtre » (qui permet la personnalisation par utilisateur des résultats de recherches en fonction des données accumulées sur celui-ci)

Mais à la manière d »un Windows 8 sur et du compte Microsoft (sauf qu’ils ne le font pas du tout finement..) Google utilisera le potentiel de son service G+ pour narguer/faire rêver les SEO et pour l’internaute moyen comme porte d’entrée pour les nombreux outil déjà indispensables sur le net.

Au final, Google peuvent gagner la partie car plus d’innovations il y aura pour cette firme, plus l’aspect « réseau social » sera utile pour eux(et à fortiori indispensable pour nous…).

Si vous prenez par exemple les lunettes de Google, super on peut voir plein de nouvelles choses avec mais eux aussi ; ils auront bientôt la possibilité de voir ce que voit l’utilisateur (préalablement connecté sur G+), cela sera instantanément, j’en prends le pari, relayé et utilisé dans Google maps.. ou shopping et bien sur pour placer des pubs toujours plus contextualisée. L’exemple est interchangeable à l’infini (dans la limite des produits Google disponible) ex : google drive ou encore google voice (recherche vocale déjà fonctionnelle car présentée au dernier sommet de Google)

crédit photo: shotbyjohn

Sous-traitance & rédaction web

juin 10, 2013 § Poster un commentaire

Je repensais à une discussion tenue avec la responsable édito SEO chez nous qui s’offusquait de la prise de position de Textmaster qui a très récemment fait le choix de modifier son offre de communiqués de presse (ou article sponsorisé.), ne proposant plus que des offres de bonne qualité (18 €les 300 mots) ou de mauvaise qualité (environ 6€) en squizant la catégorie « medium » (la plus courante.

Ils sont filous chez Textmaster : en supprimant la qualité medium, ils ne laissent plus le choix aux agences utilisant leurs services. Celles-ci se trouvent bien obligées de passer à la qualité supérieure , déboursant ainsi davantage.

En effet, ma chère collègue n’a guère le choix, ou elle se retrouve obligé de corriger les copies pour économiser 3 francs 6 sous (en choisissant l’option mauvaise qualité), ce qui lui fera perdre un temps fou – ou elle doit investir davantage et ne corrigera pas les copies et passera du temps sur autre chose.

C’est sans nul doute un des effets corollaires à la sous traitance de masse qu’offre ce type de plate forme (souvent délocalisée dans des pays lointains) dont est victime tout type d’industrie, et le SEO n’est pas épargné. Ils bossent dur à des prix compétitifs, cela attire les entrepreneurs de tout poils, puis une fois qu’ils sont devenus un rouage clé du modèle économique des agences (ou des prestataires), Ils dictent leurs règles modifiant leur prix, leurs offres ou leur stratégie.

Mais quand on y réfléchit, n’est pas un mal pour un bien ?

Après tout, cela va peut-être permettre aux rédacteurs SEO freelance de sortir la tête de l’eau, de proposer leurs services sans avoir à passer par ce type de plate-forme de rédaction..(qui ne doit pas les payer très cher) Allez savoir !! La suite nous le dira.

Créer une page Google plus en 5 minutes

juin 2, 2013 § Poster un commentaire

Google plus est un service pratique et assez simple à utiliser que je vous conseille lorsque vous lancez votre campagne de médias sociaux. Contrairement à la page Facebook, la page Google Plus reste gratuite. En effet, cela depuis quelques mois, Facebook cherche à monétiser de plus en plus son business et les pages sont désormais payantes (assez cher au demeurant). En fait, la création d’une page Facebook reste gratuite mais, le partage des actualités est sujet à un coût forfaitaire (nombre de vues/ fan).

 L’avantage d’une page google plus sur une page Facebook est que cette dernière vous aidera dans votre référencement Google. Bien sur les « likes » de Facebook sont très important, mais il ne faut pas oublier que Google contrôle les données de Google +, on ne me fera donc pas croire qu’il n’y  a pas d’incidences sur l’algorithme.

Avant de créer une page pro. Créez-vous un profil Google

Le profil Google plus est la condition qui vous permettra de créer une page à partir de laquelle vous partagerez vos actualités. L’avantage d’avoir un profil perso (lorsqu’il est suivi),c’est bien entendu de pouvoir partager ces mêmes actualités deux fois(sur la page et sur le profil). pour la faire simple. Partager vos actualités perso sur un profil utilisateur. Sinon, c’est la page google plus pro.

Les catégories de la page google plus pour entreprise sont multiples et vont dépendre de votre type d’activité. Si vous souhaitez monter un cabinet de docteurs, il sera préférable de choisir le profil petit entreprises, si vous faites partie d’une grande PME, choisissez « Produits ».

Comme il vous faut choisir la catégorie dans laquelle vous vous situez. je choisis la catégorie “blog” car je souhaite faire une page google + pour accompagner le lancement d’un magazine culturel.

Puis il faut détailler la catégorie en question, à savoir , le titre, la vocation et les limites de votre contenu (par tranches d’âges).

Et voilà ! Votre page google plus est créée, A vous de jouer et la personnaliser. Il ne vous reste désormais plus qu’à travailler dur pour faire connaître votre page. Un contenu intéressant sera indispensable et une ligne éditoriale solide appuiera la bonne croissance de celle-ci.   Bon courage !

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de juin, 2013 à Etat des faits.