Comment l’internet nous rends moins riche

septembre 18, 2013 § Poster un commentaire

J’aimerais revenir sur l’article de la revue Quartz du journaliste […] dont le titre et le suivant : How the internet is making us poor

Celui-ci est intéressant à bien des égards car il nous amène à nous réfléchir sur les incidences de l’informatique et d’Internet sur les emplois des classes moyennes, souvent menacés par ces évolutions de société.

Tout d’abord, il rappelle aux lecteurs de la revue que la progrès de l’informatique et le concept des « big data » (gros volumes d’infos) ont modifié les enjeux de la production industrielle et dans une certaine mesure, il menace les emplois des classes moyennes (à faible responsabilité)

De plus en plus souvent, les tâches de ses employés se trouvent dans un système ou la prise d’initiative est relativement faible. Les taches en cours sont assez souvent répétitives

les taches les plus répétitives étant déjà automatisé depuis quelques années. sont effectués par des programmes informatiques (intelligence artificielle) – programmés par des humains -. Bien entendu, l’auteur nous rappelle que cette « prise de pouvoir » par les machines va contribuer à faire disparaître d’autres emplois auparavant traités par des hommes et des femmes (ex : les boites vocale ou le petits software de planification automatique de tâches qui remplacent désormais bien des secrétaires de direction – les caisses enregistreuses sont aussi un exemple assez flagrant de la technique qui remplace l’humain)

L’informatique pour produire plus, à condition que le marché soit en demande.

Pour bien comprendre ce concept lié à l’emploi« humain vs machine » , prenons l’exemple assez répandu de l’agriculture et de la « révolution verte »: L’arrivée de nouveaux éléments liés à la technique (machine industrielle, OGM, pesticides…) dans la domaine agricole aura fait grimper les cadences de production du secteur (sans clairement en améliorer la qualité – ce serait même plutôt le contraire.

En revanche, plus les productions agricoles augmentent, plus le nombre de paysans diminue. Lors-qu’auparavant, les paysans constituaient 80 % de la main d’œuvre de la société, ils ne sont plus que 2 %. Normal, les cadences produisent plus et l’investissement d’une machine remplace plusieurs hommes.

Si le marché arrive à saturation – comme c’est le cas de l’automobile. Les entreprises ne produiront pas plus mais bénéficieront d’une production équivalente avec moins d’employés qui dirigeront des machines.

Cela se produira forcément dans tous les secteurs qui tendent à s’industrialiser (le web n’est pas épargné)

Les robots remplaceront les chefs.

Le progrès aidant : les robots commencent à investir les usines (lien France info). Ce n’est pas de la science-fiction, ces derniers sont désormais commercialisés au Japon et réalisent des taches simples dans certaines grandes entreprises. L’article du Quartz évoque notamment Amazon.com qui prévoit de remplacer la quasi-totalité de ses effectifs par des machines dans ses entrepôts de stockage et de gestion des stocks.

Selon l’auteur de cet article – les robots sont en passe de venir concurrencer les petits chefs sur leur terrain. Certains sont désormais en mesure de prendre des petites décisions et de gérer des instructions simples) à partir d’un historique de données. (ex : la gestion d’un stock – à partir de x commandes défectueuses, il faut passer à l’instruction B) Un robot peut donc être en mesure de gérer des effectifs de robots dans un environnement restreint. Et cela convient tout à fait à l’entreprise bureaucratique qui n’encourage pas vraiment la prise d’initiative.

Dans un avenir proche, ces robots pourraient même remplacer les petits chefs d’atelier. En effet, en combinant la robotique & algorithmes basés sur des systèmes d’intelligence artificielle ; ces robots seraient en mesure de comprendre voir de déduire des instructions simple afin de prendre des décisions

Dans la mesure où les robots prennent des décisions, nous avons deux types de travailleurs qui apparaîtront alors :

– ceux qui commandent la machine (les techniciens)
– ceux qui suivent les instructions de la machine.

Affaire à suivre…

Publicités

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de septembre, 2013 à Etat des faits.