De la méfiance des règles – Point de vue – Dupontel

janvier 29, 2014 § Poster un commentaire

Et si demain, nous étions gouvernés par des algorithmes ?

janvier 14, 2014 § Poster un commentaire

Dans un bouquin sorti l’année dernière (*http://www.amazon.fr/LE-MONDE-2030-PAR-CIA/dp/284990239X) – traitant des 30 prochaines années vues par la CIA, nous apprenons que le futur nous réserve bien des surprises, comme celle, d’une concurrence toujours plus féroce entre les gouvernements et les compagnies privées. En effet, l’auteur nous explique qu’au lieu de se tenir les coudes pour avancer ensemble, ces deux entités ont des intérêts divergents et des méthodes de fonctionnement qui ne sont pas les mêmes ; Je ne rentrerai pas dans les détails mais nous pouvons prendre comme exemple le cas suivant : http://www.wired.com/threatlevel/2014/01/how-the-us-almost-killed-the-internet/all/ – dans lequel la NSA lutte becs et ongles contre les grands puissants du web (à tort où à raison).

On le répète souvent, les politiques sont à bout se souffle et les biens publics ne cessent de se privatiser, la vie privée perds du terrain au bénéfice du grand partage 2,0 dont je fais indéniablement parti. L’info, cet aliment indispensable au société de marketing est devenu l’or noir de ce réseau.

Devant un monde de données qui se complexifie, une question me vient en tête. Comme il y a plus de données qu’avant.. Les hommes politiques ne devraient-ils pas s’appuyer sur les algorithmes pour leur prises de décisions

La machine pour aider l’homme politique à la prise de décision ? #Orwell

Si le monde devient toujours plus complexe et les machines toujours plus capables de traiter de lourdes données (Big Data), N’aurions-nous pas intérêt demain à nous appuyer sur celles-ci pour appuyer la prise de décision afin de laisser à l’homme politique le choix final de la décision ?
Je me fais l’avocat du diable mais ce n’est après tout pas si loin du mythe Orwellien mis en scène dans Big Brother

Big-Brother capture

A quel moment, la machine pourrait-elle devenir une conseillère pour l’Homme politique – qui malgré tout reste accablé par ses sondages, ses histoires d’Amour à l’eau de rose, ses soucis d’humainoïde – la machine qui pense froidement dans une logique statisticienne pourrait aider à décortiquer les données non ?voir même de proposer des solutions adéquates ?

Vous me direz c’est déjà le cas dans une moindre mesure et cela existe depuis la calculatrice..

Man vs machine

Dans un registre un peu plus différent – Google en est l’exemple parfait, une sorte de cerveau virtuel qui sait nous guider en s’appuyant sur le travail des internautes et qui de par son algorithme ne cesse de trier/traiter/formé froidement les données alors que l’homme reste accablé par ses doutes et son égo. Pendant ce temps il polémique dans des tribunes chaque soir un peu plus vaines . Sans être pessimiste, je me demande quand même comment les politiques vont reprendre la main et regagner la confiance de chacun ; je ne suis pas non plus techno-utopiste et je doute que la réponse technique cela soit une réponse adaptée, mais j’ai comme le sentiment qu’elle viendra d’une manière ou d’une autre.

Ceci est une vielle fable, celle de la machine qui dominerait l’Homme puis l’asservirait en fonction de ses besoins; Bref de la machine où de l’Homme, de qui aura le pouvoir, j’espère simplement qu’il sera partagé.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de janvier, 2014 à Etat des faits.