La matrice Google + _ Opinions

juin 11, 2013 § Poster un commentaire

Après avoir découvert la lecture de la semaine de l’excellent « Internet Actu », j’aimerais réfléchir un peu sur l’article suivant rédigé par Charles-Arthur(@charlesarhur), un journaliste du Guardian dont voici le titre : Google+ n’est pas un réseau social, c’est Matrix”

matrix et google +

idée reçue n°1 : Google + n’a rien à voir avec Matrix

Pour Charles-Arthur, Google + n’est autre qu’un gigantesque filet qui permet de stocker puis de lier entre elles, toutes les traces laissées par l »internaute (ex : historique de recherche des sites visités, expressions tapées, situation des clics..), cela pour chacun des différents outils de Google (Gmail, google maps, google shopping, google drive…).

Si Google + a la forme d’un réseau social, ce n’est – selon Charles Arthur – qu’une « déformation » sujette à l’environnement Internet (et un sacré prétexte pour lancer l’outil). Ce n’est en aucun cas  la raison d’être de celui-ci.

idée reçue n° 2 : Google + est un réseau pas social comme les autres

Je suis d’accord : l’identité du réseau dit « social » pour l’internaute s’apparente plutôt à un leurre, une carotte pour faire avancer le baudet ; c »est en revanche, pour Google une façon intelligente de se positionner afin d’inciter la curiosité des utilisateurs à tester cet outil.

En d’autres termes : Si Google + n’est pas si populaire que Facebook : c’est normal (voir voulu.?). Bien sur, l’outil est arrivé un peu tard sur le marché mais n’oublions pas, ce n’est pas le principal atout du réseau que de partager des données, ni même d’en récolter. directement L’idée étant de les concaténer facilement et naturellement tout en facilitant le surf des internautes… L’autre différence est que (j’en reste persuadé) Google + est un très bon outil pour ranker, mais ça c’est autre chose 😉

idée reçue n° 3 : Google +! J’arrête quand je veux !

Faux ! Si l’on prends un peu de recul, on se rend vite compte qu’une fois plus, le monstre de la recherche a réalisé son outil sans aucune pensée court-termiste. Bien au contraire, après un lancement qui aura fait beaucoup de vague, le réseau se fait discret et semble être à la ramasse.
500 millions d’utilisateurs plus tard… le réseau semble endormi, comme s’il évoluait à son rythme. Je pense qu’il bosse en silence afin de rentrer dans les habitudes d’usages des internaute, en proposant des innovations au fil de l’eau qui vont contribuer à améliorer le ranking des sites (ex : la toute nouvelle possibilité de customiser son url de page pro G+ via sont compte g+)

Google + : la carte de visite (avec puce RFID ?) pour la galaxie Google.

C’est sur, pour l »internaute; l’attirance vers la tribu Google + se fera d’elle même, lentement mais surement..via les autres outils (et les pages pro..). Ce n’est pas nouveau; lorsqu’une technologie est utilisée mais se fait silencieuse; elle rentre alors profondément dans les mœurs. Pour cela, il faut qu’elle rende service, ça tombe bien pour eux, c’est ce qu’elle fait, l’outil étant une porte d’entrée aux autres services.

leurre pêche_photopin

La galaxie Google : au centre décalé, un dénommé Google +

Ce qu’il a de puissant avec ce dispositif « radar », c’est qu’il est au centre de la stratégie de Google sans y être vraiment. Disons qu’il est au centre car, on l’a vu, il permet de relier chaque service de Google avec les autres et de donner ainsi des précisions essentielles sur le comportement utilisateur, ce qui renforcera la « bulle du filtre » (qui permet la personnalisation par utilisateur des résultats de recherches en fonction des données accumulées sur celui-ci)

Mais à la manière d »un Windows 8 sur et du compte Microsoft (sauf qu’ils ne le font pas du tout finement..) Google utilisera le potentiel de son service G+ pour narguer/faire rêver les SEO et pour l’internaute moyen comme porte d’entrée pour les nombreux outil déjà indispensables sur le net.

Au final, Google peuvent gagner la partie car plus d’innovations il y aura pour cette firme, plus l’aspect « réseau social » sera utile pour eux(et à fortiori indispensable pour nous…).

Si vous prenez par exemple les lunettes de Google, super on peut voir plein de nouvelles choses avec mais eux aussi ; ils auront bientôt la possibilité de voir ce que voit l’utilisateur (préalablement connecté sur G+), cela sera instantanément, j’en prends le pari, relayé et utilisé dans Google maps.. ou shopping et bien sur pour placer des pubs toujours plus contextualisée. L’exemple est interchangeable à l’infini (dans la limite des produits Google disponible) ex : google drive ou encore google voice (recherche vocale déjà fonctionnelle car présentée au dernier sommet de Google)

crédit photo: shotbyjohn

Publicités

Créer une page Google plus en 5 minutes

juin 2, 2013 § Poster un commentaire

Google plus est un service pratique et assez simple à utiliser que je vous conseille lorsque vous lancez votre campagne de médias sociaux. Contrairement à la page Facebook, la page Google Plus reste gratuite. En effet, cela depuis quelques mois, Facebook cherche à monétiser de plus en plus son business et les pages sont désormais payantes (assez cher au demeurant). En fait, la création d’une page Facebook reste gratuite mais, le partage des actualités est sujet à un coût forfaitaire (nombre de vues/ fan).

 L’avantage d’une page google plus sur une page Facebook est que cette dernière vous aidera dans votre référencement Google. Bien sur les « likes » de Facebook sont très important, mais il ne faut pas oublier que Google contrôle les données de Google +, on ne me fera donc pas croire qu’il n’y  a pas d’incidences sur l’algorithme.

Avant de créer une page pro. Créez-vous un profil Google

Le profil Google plus est la condition qui vous permettra de créer une page à partir de laquelle vous partagerez vos actualités. L’avantage d’avoir un profil perso (lorsqu’il est suivi),c’est bien entendu de pouvoir partager ces mêmes actualités deux fois(sur la page et sur le profil). pour la faire simple. Partager vos actualités perso sur un profil utilisateur. Sinon, c’est la page google plus pro.

Les catégories de la page google plus pour entreprise sont multiples et vont dépendre de votre type d’activité. Si vous souhaitez monter un cabinet de docteurs, il sera préférable de choisir le profil petit entreprises, si vous faites partie d’une grande PME, choisissez « Produits ».

Comme il vous faut choisir la catégorie dans laquelle vous vous situez. je choisis la catégorie “blog” car je souhaite faire une page google + pour accompagner le lancement d’un magazine culturel.

Puis il faut détailler la catégorie en question, à savoir , le titre, la vocation et les limites de votre contenu (par tranches d’âges).

Et voilà ! Votre page google plus est créée, A vous de jouer et la personnaliser. Il ne vous reste désormais plus qu’à travailler dur pour faire connaître votre page. Un contenu intéressant sera indispensable et une ligne éditoriale solide appuiera la bonne croissance de celle-ci.   Bon courage !

Le mythe de l’identité numérique

novembre 3, 2010 § 1 commentaire

Facebook - nLif_garder le contact

L’identité numérique – tout le monde en parle car tous,nous sommes concernés par le sujet. Je trouve cependant que certains, sous couvert d’e-réputation se noie dans des concepts et en font un peu trop. Il suffit d’étudier le climat de la blogosphère à la mode pour se rendre compte qu’il est d’usage de se qualifier d’experts – du « Proust du web » en quelques sortes.. C’est lors de mon dernier passage au café des community manager chez Contestball que l’idée m’est venue de faire une petit post; aussi modeste soit-il sur le sujet.

L’identité numérique c’est quoi ? – rappel *

On appelle identité numérique l’ensemble de vos traces sur le web. Que vous postez un message sur un forum quelconque, actualisiez votre avatar facebook,, votre blog perso, CV etc… toutes ces interactions en ligne compose un schéma que l’on appelle désormais « identité numérique où e-réputation« . Jusqu’ici rien de nouveau. le concept existait déjà bien avant facebook, même si il est vrai que l‘arrivée du « super » réseau social à bouleversé notre approche du sujet en nous poussant à nous inscrire sous un vrai nom (chose que l’on faisait moins avant – il y avait davantage de pseudos). Fouillez un peu la dite blogosphère et vous verrez que les sujets traitant cette question sont nombreux.

haha -  je parie que t'as cru que c'était une pub banane (va plutot sur www.nlif.fr)

La « fumeuse » notion de personal branding.

Le « personal branding » est l’art de parler de soi à la première personne– à la manière d’un beau parleur qui vous relate sans cesse ses exploits – non parce qu’il y croit, mais parce qu’il veut vous persuader d’y croire. C’est comme faire du push marketing sur soi-même (moi je moi je..) mais en ligne. C’est transformer son nom et son identité en marque. C’est en quelques sortes une façon d’utiliser les réseaux sociaux à son avantage sans se soucier de la réalité des choses où de la sincérité de ses propos.

La notion de personal branding est à la mode car la technologie est à la mode. Nous sommes dans une ère où nous voyons la technologie comme un modèle de société. Nous pensons que la technologie va sauver tout nos problèmes qu’ils soit sociaux, économiques –  humain. Je m’étonne chaque jour qu’ont certains experts reconnus à ne pas prendre de recul sur les outils technologiques.

alternative - Résultats de recherche_1287228507919

Les outils technologiques ne sont que des outils – des leviers.

Si il n’y a ni idée, ni passion, ni rien à transmettre, ces outils sont inutiles. La valeur ajoutée se situe dans l’humain et dans tout son imperfection plutôt que dans l’unité centrale (ou le nuage de web).

Cela pour résumer qu‘être soi même sur le web est peut-être la meilleure des choses qui puissent nous arriver. Je ne parle pas de parler sans réfléchir mais plutôt d’éviter les dogmes que nous infligent les « experts ».

Let It BE !! (merde!)

Petite pensée pour ceux qui travaillent un jour férié – comme un lundi

novembre 1, 2010 § Poster un commentaire

Aujourd’hui c’est férié et je suis sur que certains d’entres sont au bureau –  un petit clip pour tuer votre productivité. Pour le rappel -, ce groupe la chanson du dimanche s’est fait connaitre via internet et surtout les médias sociaux il y a quelques temps et c’est alors un modeste  hommage que je leur rends !

Une chanson par dimanche dans des rues et des endroits chaque fois différents à Paris traitant de l’actualité sur un ton décalé et très drôle. Et boum bam bim — buzz.. (notion légèrement périmée aujourd’hui..).

J’aurais pu utiliser une titre provocateur du style Comment utiliser les médias sociaux pour se faire connaître. ? Mais pas là non..

Bon dimanche.. euh lundi 😉

livre blanc 2010 – social media club

octobre 28, 2010 § Poster un commentaire

LIVRE BLANC 2010 - SMC FRANCE – Social Media Club France_1288284453412

Je ne suis pas partisan des posts du genre « mes 10 plus beaux conseils pour devenir un véritable expert en médias sociaux » (d’ailleurs j’adore ce mot « véritable » qui ne veut strictement plus rien dire mais que l’on rebalance à toutes les sauces tant il sonne vrai et appuyant.) – mais là, je me suis dit pourquoi ne pas en parler. En effet, le livre blanc des médias sociaux est en téléchargement libre sur le site du social media club.(Ohhhh)  – Extrait..

« Le Social Media Club France se propose de faire avancer la réflexion autour de ces enjeux en réunissant les professionnels dont l’activité émane de ces problématiques émergentes ou se trouve directement affectée par les évolutions en cours. Journalistes, éditeurs, professionnels de la communication et des relations publiques, responsables marketing, entrepreneurs, chercheurs, bloggeurs… […] L’objectif est de partager les expériences entre professionnels, identifier, formaliser et diffuser les bonnes pratiques et faire ainsi progresser le marché des médias sociaux, promouvoir des standards, encourager la transparence et l’éthique de ses pratiques. »

connaaissez-vous vos fans Facebook - Asa live at the -Nuits Zébrées-_1287664058712

On le voit – il s’agit tout autant de bonnes pratiques que de compréhension du marché car nombreux sont ceux qui s’y emmêlent les pinceaux – professionnels ou pas -. Malheureusement, nous avons grandi dans un monde imbibé de « push marketing » (pour ne pas dire putsch). Ce temps presque révolu… nous nous apercevons que les médias sociaux et les communauté nécéssitent que l’on s’y impliquent pleinement et que l’on arrête de vouloir tout quantifier. Il s’agit bien de participer à une conversation – pas de faire du buzz ou de calculer un « Roi » aussi mystique où couronné soit-il. D’ailleurs quand on y songe, les communauté internet viennet des forums de jeux vidéos où l’acte de générosité fait lieu de passions. ( ex : jeux vidéos – forum informatique – couchsurfing – club de jardinage) donc pas besoin de quantifier la relation humaine right ?.

Bien sur, me direz-vous, une grosse communauté vaut mieux qu’une petite –  mais le dicton populaire dit aussi « mieux vaut une petite virulente qu’une grosse endormie’. Bref tout cela pour vous dire messires les recruteurs (si vous lisez cet article) que le marketing évolue et les réseaux sociaux (qui ne sont en fait que des leviers de communication) chamboulent beaucoup de choses et redonne la parôle aux consomateurs –  qu’on se le tienne pour dit.


Bob Dylan and The Band - Million Dollar Bash - Last.fm_1287504915783

Par exemple lorsque je lis un article comme celui-ci – je suis pour (http://tiny.cc/23fhc). Les agences qui formalisent le community management à ce point n’ont pas compris ce qu’étais le CM. Après je peux comprendre qu’il n’est pas toujours facile d’expliquer à sa direction le pourquoi ces médias sociaux sont si difficilement quantifiables – mais comme le dit S. Godin – « plus une chose est quantifiable et moins elle a de valeurs »  difficile en effet de quantifier combien l’on aime la chanson de Bob Dylan « like a rolling stone » et d’en faire une présentation ppt..

Sans plus tarder – voici les grands axes abordés dans ce livre blanc d' »expert »..

  1. Comment les médias sociaux reconsidèrent l’info en ligne
  2. La mutation de l’industrie du divertissament
  3. L’espace public numérique

En fouillant un peu le sommaire. J’aperçois sommairement le cas Obama pour la politique, de l’activisme, de l’événementiel sportif et de la culture gé’ (explication du contexte socio-économique quoi).

Le livre est aussi dispo en papier – mais contre un autre bout de papier d’une valeur de 10 euros (et quelques piécettes..) – ici

l’usage d’internet chez les enfants

octobre 27, 2010 § Poster un commentaire

Pour les plus âgés d’entre nous (+ de 20 ans) Internet  est apparu comme une révolution numérique. Mais pas pour la génération Y (les plus jeunes) qui a grandi avec la technologie.

Si les plus de 20 ans ont connu un monde sans Internet, il n’est pas de même pour les enfants qui ont grandi avec le numérique. Conséquences, les enfants n’ont pas la même approche, ni le même recul de l’outil, voir de l’information.

En se basant sur un article d’Hilary Hutchinson sur la façon dont les enfants font leurs recherches sur Internet, Sophie Mateo, étudiante en Marketing et Commerce sur Internet, est arrivée aux mêmes conclusions en se penchant sur les pratiques de petits Français vers la toile.

Voilà quelques résultats de l’enquête (Pour info : ce panel  varie entre 6 et 10 ans pour 70 % des enfants. Presque 20 % des enfants découvrent Internet entre 11 et 12 ans.):

– Les enfants pensent que ’si quelque chose n’est pas sur Google, c’est nulle part’.

– Les enfants utilisent plus le langage naturel que le langage par mots-clés.

– Les enfants ne vont jamais ou presque, en deuxième page de résultat et ne regardent généralement pas plus bas que les cinq

Nous remarquons aussi (cf vidéo) que si la plupart connaissent bien les site les plus importants ( Google, wikipédia, myspace, you tube) et leurs usages, ils n’ont pas encore bien saisi leurs fonctionnements – leurs failles (ex : selon certains – Wikipédia = vérité ; Google = portail d’informations ; Internet Explorer = porte d’entrée unique). Bon il faut avouer que les interviewés sont encore très jeunes. L’étude révèle aussi que les moteurs de recherche pour enfants sont inexploitable à ce jour, car pas assez précis.

La vidéo nous fait prendre conscience que les jeux sur internet ont une place prépondérante dans la navigation des plus jeunes ( ex : mon site préféré c’est jeu.fr, mon deuxième préféré, c’est jeux.fr, mon troisième c’est jeujeu….)

http://www.youtube.com/watch?v=V7hD9kVMEs4&feature=player_embedded

sources :http://owni.fr/2010/06/08/le-petit-kevin-attend-son-moteur-de-recherche/

http://blog.profiltechnology.com/comprendre/les-recherches-internet-de-nos-enfants/

De l’art ou du couchsurfing ?

août 17, 2010 § Poster un commentaire

art couchsufingDepuis le 15 juillet, une opération artistique d’envergure mondiale a été lancé e via le site couchsurfing.org – le principe ? Utiliser la communauté Cs pour concevoir une œuvre d’art communautaire.

De l’art communautaire  – pourquoi faire?

Inspiré par les théories de Stanley Milgram – les six degrés de séparations – cette œuvre tends à tester la solidité et les limite de la communauté des couchsurfers (qui est très soudée je vous le rappelle).  Il suffit, pour cela,  d’envoyer une carte postale de votre lieu favori à l’adresse suivante,  pour ensuite la voir faire partie de l’exposition qui aura lieu à cette occasion. les dates de l’expo ne sont pas encore annoncée, ni la limite de cartes postales requises.

En savoir plus : Vous trouverez pleins d’infos sur le site suivant : http://www.smallworld.at/

Puis devenez couchsurfers pour l’occasion. World is smaller than you think 🙂

Où suis-je ?

Catégorie réseaux sociaux sur Etat des faits.